Le ministère de la Santé scelle par décret son programme SI-Samu

Par le biais d'un décret publié ce 17 décembre au Journal officiel, le ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes grave officiellement dans le marbre son programme de modernisation des systèmes d'information (SI) et de télécommunication des Samu. En six articles, le texte rappelle ainsi que ce dispositif vise à "offrir aux patients un service de qualité de traitement des appels et de gestion de la régulation médicale, une capacité de pilotage de l'activité et de gestion des crises y compris d'ampleur nationale, un interfaçage avec les partenaires, ainsi que des fonctionnalités permettant de garantir l'échange, le partage et la conservation des données de santé dans le respect des règles de confidentialité et de sécurité". Et c'est bien à l'Agence des systèmes d'information partagés de santé (Asip Santé) qu'échoit le déploiement de ce programme, disposant en la matière "d'un droit exclusif limité". Sachant que les modalités précises de mise en œuvre seront détaillées par arrêté ministériel.

Toujours est-il que la durée du programme court sur dix ans, soit jusque fin 2025. D'ici là, "la mise à disposition de la solution à vocation nationale au sein des établissements sièges des Samu est effectuée selon une stratégie de déploiement progressif tout au long du programme", rappelle le ministère dans son décret. D'ailleurs, l'Asip Santé a sélectionné cet automne onze Samu pilotes répartis dans six régions (Alsace, Aquitaine, Bourgogne, Franche-Comté, Limousin et Midi-Pyrénées) pour mettre en place le programme SI-Samu. Précisément les Samu d'Albi, Besançon, Bayonne, Dijon, Guéret, Limoges, Mont-de-Marsan, Mulhouse, Pau, Rodez et Tulle. Cette phase pilote devrait durer trois ans. L'étape de déploiement devrait ensuite durer de quatre à cinq ans. Quant au financement, l'Asip Santé percevra des crédits du fonds pour la modernisation des établissements de santé publics et privés (Fmespp).